Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UNIVERS LIVRES - Page 3

  • Laurent Mauvignier, Dans la foule, Éditions de Minuit, 2006

    Laurent Mauvignier n’est pas un peintre de fresques ni de paysages grandioses avec personnages ; il fait plutôt dans le genre portrait intérieur ou soliloque durassien. Mais pour son dernier livre, Dans la foule, il a eu le courage d’écrire à la limite de son talent : le thème du livre, c’est la catastrophe du Heysel, ce stade bruxellois où, à l’occasion de je ne sais plus quelle finale, en 1985, l’acharnement des hooligans a fait céder une tribune et provoqué plusieurs dizaines de morts et centaines de blessés.

    Mais le livre de Mauvignier n’est ni un reportage ni un roman-catastrophe : c’est un ensemble de récits croisés, ou plus exactement de récits parallèles, tirant les conséquences de cet événement sur le destin ou la vie de quelques personnages, qui étaient là ou qui auraient dû s’y trouver.

    stade.JPGIl y a Geoff, le jeune anglais qui ne sait toujours pas comment il s’est soudain trouvé, parmi ses frères, dans la meute des supporters de Liverpool ; il y a Jeff et Tonino, les deux étudiants français, arrivés sans billet mais qui finiront par trouver des places à très bon marché : et encore Tana et Francesco, les tourtereaux italiens à qui leurs familles ont offert, en cadeau de mariage, le voyage et le séjour en Belgique avec des billets pour le « match du siècle » ; et enfin de jeunes bruxellois, Gabriel et Virginie.

    Laurent Mauvignier a une façon bien à lui de raconter, en employant par exemple le futur et le futur antérieur, temps par excellence de la nostalgie, qui expriment le regret anticipé de ce qui n’ pas encore eu lieu, à peine le regret d’ailleurs, la perte, une perte douce et triste, où même la colère est assourdie, puisqu’elle est rapportée dans cette espèce de faux direct. En fait, c’est une forme d’insoumission au réel, à la façon si prévisible dont il s’accomplit, sa façon si détestable aussi, l’insolence avec laquelle il s’impose à la rêverie intérieure. Qui n’est d’ailleurs, elle-même, pas complètement une rêverie, plutôt un songe désabusé, un repentir faible, une acceptation pas complètement résignée, la douceur à peine douloureuse de qui subit, avec une involontaire passivité, le monde et le cours des choses, leur côté inéluctable et qui se demande comment convertir en secrète rancune contre soi-même cette discrète altération du contact avec la réalité.

    Cette faiblesse aussi, de ces personnages qui ne se sentent jamais de taille à s’affronter eux-mêmes en héros, mais qui trouvent quand même le courage, en tout cas l’énergie, de se l’avouer, sans pitié pour eux-mêmes, sans complaisance, de décrire patiemment les désaccords, les dissonances, les ratés du couple idéal que chacun d’eux aurait pu former avec le monde, avec son époque, son pays, sa langue, sa famille, ses amours.

    Une façon sentimentale de révolte, vaine, désespérée, contre sa propre sociologie : chacun de ces personnages, posé un peu de travers sur son histoire, se regarde, sans le moindre attendrissement, interpréter, plutôt mal, le rôle auquel il ne peut échapper.

     

     

  • Le grand secret - René Barjavel

    Dans les années 50 à Paris, Jeanne, alors mariée et mère d'un enfant, vit une histoire d'amour intense avec son amant, Roland, jusqu'au jour où il va disparaître sans laisser de trace. Victime de deux tentatives de kidnapping, mise sur écoute et suivie, Jeanne sait que son cher et tendre est toujours vivant. En enquêtant, elle va se retrouver au cœur du plus gros secret de l'Histoire, qui réunit et lie, sans que personne ne le sache en ces temps de Guerre froide, les plus grands de ce monde. Roland n'est effectivement pas mort, il vit avec plusieurs centaines d'autres personnes et comme elles, il a été contaminé par un virus dont les effets sont a priori fabuleux, mais qui se révèlent très nocifs pour l'Humanité.

    Nous retrouvons ici les thèmes de prédilection de Barjavel - SF, amour, fin du monde - avec cependant une particularité que je n'ai retrouvé pour l'instant dans aucun de ses livres : la politique. Par politique, j'entends ici celle que nous connaissons tous avec Kennedy, Nehru, De Gaulle, Staline puis Khrouchtchev, la Guerre froide. Barjavel réécrit l'Histoire en impliquant les grandes figures politiques de l'après-guerre dans un secret lourd de conséquences.

    Ce genre s'appelle l'uchronie, autrement dit l'invention d'un évènement dans le passé pour modifier le cours de l'Histoire tel qu'on le connait. Si le lecteur trouve parfois ces passages un peu trop nombreux, il ne peut pas nier le génie avec lequel Barjavel les crée. Dans Le grand secret, il y a plusieurs histoires : celle de Jeanne à la recherche de Rolland, et celle des dirigeants un peu embarrassés par le fardeau que représente ce secret.

    L'histoire de Jeanne est racontée comme dans les autres romans de Barjavel : avec poésie, intensité et passion. J'aurais aimé que le récit se concentre plus sur les deux amants et leur vie que sur la politique, ces passages coupant parfois l'élan pris par le lecteur.

    Il y a également un symbole religieux évident, celui d'Adam et Eve, mais je ne peux pas vraiment donner de détails ici pour ne pas gâcher la découverte du secret :)

    J'ai beaucoup aimé ce Barjavel, qui se place après La nuit des temps mais qui reste tout de même un très bon livre.

    [par Bouh]

     

    Le grand secret, de René Barjavel
    Editions Pocket
    376 pages
  • Seul le silence - R. J. Ellory

    Depuis sa publication en France fin 2008, les critiques sont unanimes et dithyrambiques sur ce thriller de R. J. Ellory. Pour un premier roman, c'est plutôt excellent.

    L'histoire est celle de l'écrivain Joseph Vaughan qui raconte comment, toute sa vie, il a été hanté par une série de meurtres incroyablement violents dans sa Géorgie natale. L'affaire remonte au début de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le premier corps mutilé d'une enfant est découvert. S'en suit une cascade d'assassinats de petites filles sur le même schéma : violées, étouffées puis découpées en morceaux.

    silence.JPG

    A 12 ans, Joseph découvre l'une de ces fillettes. Traumatisé par cette vision d'horreur, il n'oubliera jamais plus cette affaire. Adulte, il découvrira que le serial killer a aussi exercé dans les comtés voisins. Joseph n'accepte pas de laisser ce barjo en liberté et presque instinctivement, va partir à sa chasse.

    Le roman a tellement de qualités qu'il est difficile de savoir par où commencer. Le lecteur accompagne l'enfant Joseph vers l'inévitable, cette découverte macabre qui changera sa vie. Son obsession grandit en même temps que lui, quand il comprend que si sa mère est devenue folle, c'est à cause de la culpabilité (oui, mais de quoi ?) et pourquoi la maison de son voisin, à l'époque suspect idéal pour la population, a pris feu, tuant une des amies. Son père décédé et l'absence de sa mère folle laissent un vide considérable dans le cœur de Joseph, qui va peu à peu se combler par cette histoire sordide.

    L'écriture de l'auteur, très profonde, appuie et soutient l'évolution du personnage dont la vie n'est qu'une série de drames à répétition. Le sort s'acharne, mais Joseph accède à la rédemption. L'environnement des années 40 aux années 70 est parfaitement mis en scène. Des décors paysans de la Géorgie à la rutilante New York, chaque lieu est décomposé et possède une ambiance particulière.

    Plus qu'un polar, ce véritable thriller littéraire ne pourra que plaire aux amateurs du genre et glacer le sang des novices. La plume de Ellory est à suivre et les lecteurs peuvent s'attendre à encore de grandes heures de lecture devant eux !

     

     

     

    Seul le silence, de R. J. Ellory
    Editions Le Livre de Poche
    503 pages
  • La trilogie du mal

    Tome 1 : L’âme du mal
    Tome 2 : In tenebris
    Tome 3 : Maléfices

    • Auteur: Maxime Chattam
    • Nombre de pages: 1048
    • Edition : Michel Lafon

     

    Résumé : 

    Cette trilogie traite de trois enquêtes menées par Joshua Brolin, un ex-profiler du FBI. Il va faire face à des tueurs d’une incroyable férocité et d’un sadisme qui dépasse l’inimaginable : un homme qui enlève des femmes pour les arracher les bras, des centaines de personnes disparues qui vivent un enfer dans les souterrains de New-York, des femmes momifiées dans la soie d’araignée…  Ces enquêtes, toutes éprouvantes les unes comme les autres, vont l’affecter psychologiquement.

     

    Avis :   

    J’ai déjà fait un article sur un de ces livres mais comme je les ai tous lu, j’ai préféré  supprimer l’article en question. Pourquoi ? Les livres ont plusieurs points communs et suivent tous la même tendance. C'était donc beaucoup plus pertinent de directement commenter cette trilogie au lieu d'analyser les livres un par un.
    Que dire ? Son style d'écriture est assez fluide et agréable. Les intrigues sont intéressantes, le suspens était présent et il arrivait à tenir en haleine jusqu'au bout.
    Grosso modo, ce sont des thrillers  à l'américaine comme tant d’autres. L'auteur se place du point de vue des enquêteurs, ici Joshua Brolin qui est un des personnages principaux. Il va tenter d'analyser la personnalité et les motivations du "serial-killer".


    Néanmoins, j'ai trouvé que ces histoires sont assez macabres et terrifiantes. Les scènes de torture et les supplices infligés aux victimes sont  à la limite du supportable. J'ai passé plusieurs nuits blanches à guetter le moindre bruit et à faire des cauchemars avant de pouvoir m'endormir sereinement. Il faut vraiment avoir le coeur solide pour lire cette trilogie. Je ne sais pas où est-ce qu'il trouve une inspiration aussi démoniaque, des idées aussi noires et violentes....Sur certains passages, j'ai du refermer le livre tellement j'étais écoeurée par les descriptions. En lisant Maxime Chattam, j’ai des souvenirs de Hannibal Lecter avec toutes ces scènes odieuses et sanglantes.


    Je pense sincèrement qu'on peut écrire un bon thriller sans verser dans la violence gratuite et un sadisme facile ! A lire si on veut vraiment se faire très peur !

     

     

     

  • si je reste

    livres-plage.JPG