Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UNIVERS LIVRES - Page 3

  • La trilogie du mal

    Tome 1 : L’âme du mal
    Tome 2 : In tenebris
    Tome 3 : Maléfices

    • Auteur: Maxime Chattam
    • Nombre de pages: 1048
    • Edition : Michel Lafon

     

    Résumé : 

    Cette trilogie traite de trois enquêtes menées par Joshua Brolin, un ex-profiler du FBI. Il va faire face à des tueurs d’une incroyable férocité et d’un sadisme qui dépasse l’inimaginable : un homme qui enlève des femmes pour les arracher les bras, des centaines de personnes disparues qui vivent un enfer dans les souterrains de New-York, des femmes momifiées dans la soie d’araignée…  Ces enquêtes, toutes éprouvantes les unes comme les autres, vont l’affecter psychologiquement.

     

    Avis :   

    J’ai déjà fait un article sur un de ces livres mais comme je les ai tous lu, j’ai préféré  supprimer l’article en question. Pourquoi ? Les livres ont plusieurs points communs et suivent tous la même tendance. C'était donc beaucoup plus pertinent de directement commenter cette trilogie au lieu d'analyser les livres un par un.
    Que dire ? Son style d'écriture est assez fluide et agréable. Les intrigues sont intéressantes, le suspens était présent et il arrivait à tenir en haleine jusqu'au bout.
    Grosso modo, ce sont des thrillers  à l'américaine comme tant d’autres. L'auteur se place du point de vue des enquêteurs, ici Joshua Brolin qui est un des personnages principaux. Il va tenter d'analyser la personnalité et les motivations du "serial-killer".


    Néanmoins, j'ai trouvé que ces histoires sont assez macabres et terrifiantes. Les scènes de torture et les supplices infligés aux victimes sont  à la limite du supportable. J'ai passé plusieurs nuits blanches à guetter le moindre bruit et à faire des cauchemars avant de pouvoir m'endormir sereinement. Il faut vraiment avoir le coeur solide pour lire cette trilogie. Je ne sais pas où est-ce qu'il trouve une inspiration aussi démoniaque, des idées aussi noires et violentes....Sur certains passages, j'ai du refermer le livre tellement j'étais écoeurée par les descriptions. En lisant Maxime Chattam, j’ai des souvenirs de Hannibal Lecter avec toutes ces scènes odieuses et sanglantes.


    Je pense sincèrement qu'on peut écrire un bon thriller sans verser dans la violence gratuite et un sadisme facile ! A lire si on veut vraiment se faire très peur !

     

     

     

  • si je reste

    livres-plage.JPG

  • 100 livres et des nouvelles de bridget

    carole-martinez-du-domaine-des-murmures.JPG

  • le predicateur de camilla lackberg

    livres2.JPG

  • aupres de moi toujours de kazuo ishiguro

    ishiguro maîtrise vraiment les fils de l' intrigue, distille du suspens et fait preuve de finesse psychologique. Après un superbe premier tome, avec une enquête qui tient la route, plein de péripéties, de question, de doute... Ce deuxième tome est encore meilleur, on part dans le passé de Lisbeth sombre. Les révélation pleuvent, l'auteur sait nous tenir en haleine et construire petit à petit toute une histoire à partir d'un crime. Un vrai coup de chapeau à l'auteur qui m'impressionne. Seul petit bémol : peu de scénes moi qui adorait les voir faire équipe!

  • stieg larsson

    stieg-larsson.JPG

  • miss charity de marie aude murail

    Miss Charity est tout d'abord un trés beau livre! Illustré par Philippe Dumas, ce livre est un petit chef d'oeuvre. C'est vraiment un livre qu'on a du mal à lacher. Charity est tellement attachante! Plus qu'un roman, c'est une véritable peinture de l'Angleterre du XIX° siécle. On y découvre ses moeurs, ses tabous , ses drames et ses joies.

    Charity Tiddler ressemble à de nombreuses petites filles de la bonne société anglaise des années 1880 : obéissante, discrète, résignée, plus proche de sa bonne, Tabitha et de sa gouvernante française que de ses propres parents. Du haut de ses cinq ans, elle entretient déjà une vie intérieure, observe et surtout crée des liens fusionnels avec les animaux.

    "Cherry" n'est pas une jeune accomplie: ni jolie, ni tendre, joue trés mal du piano, fait se sauver les moineaux lorsqu'elle chante, mais elle parle français, apprend Shakespeare par cœur et révèle un véritable talent d'aquarelliste. La nursery, son refuge, au troisième étage, devient son refuge et son laboratoire d'observation. Là, elle y abritent escargots, canard, oisillons, limaces, rossignol, têtards, hibou, grillon, crapauds, et autres hérissons.
    Il y a surtout Peter, le lapin, qui sait compter, Julius, le rat noir, et Klapabec, le geai colérique et unijambiste. Des compagnons à forte personnalité qui peu à peu, en complément de ses talents, vont permettre à Charity d'exister aux yeux des autres.
    La singularité, l'humour et la finesse d'observation de Charity font le charme de ce roman. Le personnage de Kenneth Ashley y apportebeaucoup de piquant. De plus, le livre est un fidèle tableau de l'Angleterre victorienne. Le parcours de Charity rend hommage à l'une des figures majeures de la littérature de jeunesse, Beatrix Potter, et c'est savoureux.