Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2015

Nous les menteurs d'Emily Lockhart

f698c9fd5e39a37ff4ea48dc0f18d308.jpg

 
On m'avait conseillé de lire ce roman sans rien savoir dessus. C'st donc ce que j'ai fait et j'ai passé un excellent après-midi en compagnie de ce livre.
 
Si vous êtes trop curieux, je me contenterai de vous dire que ce livre parle d'une jeune fille, de l'amitié, de l'amour, de l'été, d'une famille riche. En effet, les "menteurs" font partie de du genre de famille où tout n'est qu'apparence et mensonges soignés. 
 
Brillamment écrit, le roman distille savamment les pistes, les mensonges pour faire monter le suspens. Nous les menteurs est un conte psychologique parfaitement tracé.  Ce livre a une ambiance très "été" car les personnages évoluent sur une île privée où ils se retrouvent chaque été. Ce fut un délice donc de le lire lover au soleil. Ce roman est intense même si il est assez court ce que je regrette un peu. J'aurai aimé pouvoir m'attacher plus aux personnages. Si vous avez un après-midi de libre, je ne peux que vous conseiller de lire ce roman, plein soleil avant que l'automne ne s'installe vraiment.
 
 

24/09/2015

La fille du train de Paula Hawkins

littérature anglaise,thriller,train

Lu en début d'été, je garde un bon souvenir de ce thriller et j'ai maintenant hâte de découvrir son adaptation (d'autant plus que des rumeurs mentionnent le nom de Chris Evans hum hum).

Rachel est une femme qui se considère comme sans valeur. Elle estime que les femmes ne sont évalués que par deux choses: leur apparence et leur rôle de mère. Elle est stérile et plutôt quelconque. Elle a perdu son emploi mais continue à prendre le train de banlieue deux fois par jour pour sauver les apparences. Malheureusement, ce train passe par la maison de son ex-mari Tom et sa nouvelle épouse Anna. De plus, ils ont eu récemment un enfant ensemble. 

Rachel, dans son découragement, se met à boire à un point tel qu'elle a des périodes d'amnésie dans lesquelles le plus souvent elle appelle son ex mari plusieurs fois par nuit. En raison d'un dysfonctionnement, sa voiture ferroviaire s'arrête sur la voie au niveau de son ancienne maison. Elle commence à remarquer un autre couple qui vit quelques portes plus loin. Elle se met alors à les idéaliser comme LE couple en or et se fabrique un récit de leur vie. Lorsque Megan ( la femme du couple en or) disparaît, Rachel se retrouve mêler à l'enquête comme témoin et bientôt comme suspecte.

Le livre est raconté du point de vue de Rachel, de Megan et d'Anna. Le fait que Rachel a des périodes de blancs et a du mal à séparer les faits de la fiction fait vite d'elle une suspecte idéale. Megan quant à elle a beaucoup de secrets et Anna, la seconde femme n'est pas aussi parfaite qu'elle semble l'être. En effet, toutes ces femmes semblent avoir des secrets. En fait, même les hommes ont des squelettes dans leur placard. C'est  pourquoi, les personnages sont la clé de voute de ce roman.

La fille du train est un thriller psychologique sombre, envoûtant et déprimant, mais il est incroyablement efficace grâce à l'écriture de l'auteure Paula Hawkins. Ce livre a un petit parfum d'Hitchcock qui m'a tout de suite conquise. 

Je m'arrête là au risque de spoiler, permettez-moi donc de conclure en disant que les rebondissements de l'histoire sont nombreux et que la lecture est donc des plus prenantes. Si vous aimez les bons thrillers psychologiques, n'ayez aucune hésitation.

littérature anglaise,thriller,train

16/09/2015

Parlons de Colleen Hoover

coup de coeur,romance,colleen hoover,musique

Juste avant les vacances, je ne cessai d'entendre parler de cette auteure encensé par tous. Je me suis donc laissé tenter par Hopeless qui semblait faire l'unanimité et quelle claque!

Dans ce roman, on fait la connaissance de Sky, jeune fille de 17 ans un peu perdue car elle semble ne pas ressentir d'attirance pour le sexe opposé jusqu'à l'arrivée de Holder. Là vous vous dites un roman d'amour adolescent typique et bien non! Holder ne cesse de se dire qu'il connait Sky et à juste raison. Je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler et qu'il faut mieux rentrer dans l'histoire sans trop en savoir.

ATTENTION Ce livre est des plus addictif, j'ai passé une journée à le lire tellement je ne pouvais plus m'arrêter une fois commencé. On y apprend les secrets de Sky bien sûr mais les sujets abordés le sont avec tellement de justesse et de vérité que l'on ne peut qu'en être touchés. Les personnages sont tellement vivants de par leur complexité qu'on ne peut que s'y attacher. On se surprend à retenir notre souffle et à compatir pour nos deux jeunes héros. La sarcastique et le maladroit Holder sont parfaitement imparfaits et ce qui les rend si attachants. 

Ce roman, est un tourbillon d'émotions à l'état pur, un vrai régal! Vous l'avez compris, j'ai tout de suite été séduite par Colleen Hoover et vite adhéré à ses nombreux fans.

Une des choses que j'adore dans les romans, c'est le fait de pouvoir définir et condenser certains pans de la vie d'un personnage. Ça me fascine parce que dans la réalité, c'est impossible. On ne peut pas se contenter de clore un chapitre et de sauter les étapes qu'on n'a pas envie de vivre pour rouvrir le livre plus loin, à un passage plus adapté à notre état d'esprit. L'existence ne peut se diviser en chapitres... seulement en minutes. Les événements de la vie s'entassent les uns à la suite des autres, minute par minute, sans aucun intervalle ni page vierge ni saut de page car quoi qu'il arrive, la Terre continue de tourner, les pages de s'écrire et les vérités d'éclater, que ça nous plaise ou non, et la vie ne nous accorde pas le moindre répit pour qu'on reprenne notre putain de souffle.

Les événements qui vous mettent à genoux sont des épreuves qui vous poussent à choisir entre renoncer, et rester à terre, ou bien vous frotter les genoux, et vous relever, la tête encore plus haute qu’avant la chute. Je fais le choix de me relever.

— Je veux que tu te rappelles qui tu es, en dépit des épreuves que tu traverses. Car ces épreuves ne te définissent pas. Ce sont des événements qui se produisent dans ta vie, c’est tout. Il faut que tu acceptes que ce que tu es et ce qui se passe dans ta vie sont deux choses «distinctes».

Après ce roman, j'oscillai entre l'espoir de retomber sur une autre pépite ou de subir une grosse déception tellement mes attentes étaient grandes. L'été étant là, je me suis lancé dans la lecture de Maybe Someday. Celui-ci met en scène Sydney et son voisin Ridge. Cette dernière suite à une rupture et par un concours de circonstance se retrouve à dormir sur le canapé de son voisin, Ridge donc. Ce dernier est musicien mais aussi sourd. Sydney apprend à le connaitre et ensemble il commence à composer. L'inévitable arrive, ils tombent amoureux mais voilà Ridge est déjà en couple...

Colleen Hoover parvient encore à aborder un sujet sensible comme l'infidélité sans tomber dans le glauque ou dans la simplicité. Elle nous pousse à nous interroger sur le sentiment amoureux. La question se pose Peut t on aimer deux personnes à la fois? De même, les personnages sont toujours aussi bien dépeints, surtout Ridge. J'ai particulièrement apprécié le fait que Colleen Hoover n'en fasse pas un salaud tout comme Sydney qui ne pousse jamais au choix. 

Il n'y a que vingt-six lettres dans l'alphabet. On n'imagine pas tout ce qu'on peut tirer de vingt-six lettres. On n'imagine pas tout ce qu'on peut faire ressentir en les mêlant pour former des mots.

Ma tristesse me ronge et je n'essaie même pas de la contenir, laissant couler d'intarissables larmes sur la mort de ce qui n'aura finalement jamais connu la vie

Je l'embrasse doucement sur le nez, la bouche, le menton, puis appuie encore mon oreille contre son coeur. Pour la première fois de ma vie, j'entends absolument tout.

J’ai vécu vingt-quatre ans sans jamais affronter ce genre de haine. Le genre de haine qui vous submerge la conscience. Le genre de haine qui excuse les actes les plus inexcusables. Le genre de haine qu’on peut éprouver dans toutes les parties de son corps et de son âme. Jamais je ne l’avais éprouvée jusque-là. Jamais je n’avais haï quelqu’un ou quelque chose comme je me hais moi-même en ce moment.

Autre aspect qui m'a fait adorer cette lecture est que l'on peut écouter la musique crée par Sydney et Ridge en lisant. En effet, Colleen Hoover a travaillé avec Griffin Pettersen pour ce livre. La musique tout comme les mots d'Hoover nous transporte. 

Fort de ces deux lectures bouleversantes, je me suis lancé dans la lecture d'Indécent. Je n'ai pas eu de coup de coeur pour celui-ci mais il reste quand même une lecture enrichissante comme Colleen Hoover sait si bien le faire. Suite au décès de son père, Layken déménage avec le reste de sa famille et tombe vite sous le charme de son voisin Will mais leur relation va prendre un tournant inattendu qui va tout compliquer.

Ce roman est une romance mais il aborde surtout le thème du deuil avec délicatesse et justesse. Ce livre traite de la mort pour en fait parler de la vie. Là encore, les personnages sont des plus attachants mais pour une fois, j'ai eu la surprise de voir que ce livre fait partie d'une trilogie et qu'on peut donc retrouver nos héros. 

Les imperfections définissent la perfection.

Ne prenez pas la vie trop au sérieux. N'hésitez pas à la frapper quand elle en a besoin. Prenez là à la rigolade.

— Ce n’est pas la mort qui t’a frappée, Layken. C’est la vie. La vie est comme ça. Elle n’est pas facile. Elle est semée d’embûches. Tout le monde te le dira.

- Soyez tolérants. Pour tout. Les différences des gens, leurs similitudes, leurs choix, leur personnalité. Parfois, il faut de la variété pour que la collection soit complète. Ça marche aussi avec les êtres humains.
- Choisissez vos combats. Mais n'en choisissez pas trop.
- Gardez l'esprit ouvert; c'est la seule façon d'y laisser entrer des choses.

J'avoue que maintenant j'hésite entre relire Hopeless ou Maybe Someday ou découvrir un nouveau roman d'elle. 

 

05/05/2015

Levana de Marissa Meyer

chroniques lunaires,saga,conte,marissa meyer

En attendant de pouvoir savourer Winter, on peut encore se consoler avec un prequel à la saga de Marissa Meyer Les Chroniques lunaires: Levana.
 
Comme son titre l'indique, ce roman se concentre sur Levana, la reine lunaire que rien ne semble pouvoir ébranler. L'histoire se situe bien avant les événements de Cinder (le premier tome). Levana a quinze ans, ses parents viennent d'être assassinés et sa soeur Channary va monter sur le trône.
 
Ce roman est un préquel donc on ne doit pas s'attendre à de grandes révélations. La seule que nous ayons est que Levana n'est pas totalement diabolique. Le développement du caractère est très bien rendu. Nous suivons sa progression à partir d'une jeune jeune fille fragile et naïve au despote vicieux qu'on découvre plus tard. Elle se révèle humaine pas certains côtés, ce qui rend son personnage beaucoup plus fascinant même si elle reste moins sympathique que Cinder, Cress ou encore Scarlet. Elle a souffert, se sent seule mais surtout elle prend de très mauvaises décisions qui scellera son destin.   
 
Même si ils ne sont pas spécifiquement désignées comme tel, il est très amusant de repérer Cinder, Cress, Kai et d'autres personnages et m'a donné encore plus envie de les retrouver.
 
Ce livre est un bon avant goût et tient ses promesses en nous révélant le passé de Levana qui va avoir un impact énorme sur chaque personnage principal de la saga. On y voit aussi les prémices de la guerre qui va éclater entre la Lune et la Terre. Par contre, il n'apporte pas grand chose à l'intrigue de la saga.
 
Pour ceux qui n'ont pas encore lu la saga, ne commencez pas par ce roman car il dévoile des éléments de suspens. Pour les autres, même si ce livre n'est pas un must have, on passe un bon moment de lecture. Petit bonus qui m'a ravi, on a droit à la fin du roman aux trois premiers chapitres de Winter qui s'annonce comme une trés bonne conclusion.
 
Comme toujours, la couverture est splendide:

chroniques lunaires,saga,conte,marissa meyer

27/04/2015

Dans ma bulle

DeadpoolReadingAComicBOok.jpg

Le prochain film annoncé m'a donné envie de faire connaissance avec un nouveau super héros (enfin pour moi), j'ai nommé Deadpool. J'ai commencé avec le géniallisime Il faut soigner le soldat Wilson de Duane Swierczynski. On y découvre l'histoire de ses origines ce qui est toujours un peu indispensable pour comprendre l'histoire d'un super héros. J'ai adoré ce comics surtout à cause du héros qui se révèle être un vrai anti héros à l'humour ravageur. C'est donc sans surprise que j'ai continué avec Deadpool Marvel Now de Brian Posehn et Gerry Duggan. Une histoire loufoque où un mage réveille les anciens présidents des USA ce qui donne à mon nouveau anti héros favori l'occasion d'être un héros. Petit plus, on retrouve toujours brièvement mais on va pas se plaindre Captain America mais surtout Dr Strange. J'ai maintenant d'autant plus hâte de vois l'adaptation sur grand écran. 

Je suis tombé sur des vieux exemplaires de comics dans une brocante, je suis donc reparti avec Superman paix sur la terre et Wonder Woman: Vérité triomphante de Nelson Alexander Ross et Paul Dini. Ces albums sont un bel objet, grand format avec jaquette et papier glacé. Quant au récit, ils sont des plus intéressants car il montre le côté humain de ces super héros qui ne le sont pourtant pas.

Le film m'avait plus mais je peux vous dire que ce n'est rien comparé au livre. Les gardiens de la galaxie de Brian Michael Bendis et Steve McNiven. Ce comics est une bonne introduction car il présente chaque personnage. On y retrouve l'humour décalé que j'avais aimé dans l'adaptation. Un bon début qui annonce une suite prometteur. 

J'ai découvert ensuite America's got powers de Jonathan Ross et Bryan Hitch. Suite à l'apparition, d'un étrange cristal à San Francisco, tous les enfants nés ce jour développent des super pouvoirs. Tous sauf un, Tommy qu'on surnomme Zéro. Pour les contrôler, on instaure une émission de télé-réalité où ils doivent s'affronter. Le synopsis semble prometteur mais j'avoue que j'ai eu du mal à me sentir concerné par le sort des personnages. Je pense quand même laisser une chance au tome deux.  

THE-WICKED-AND-THE-DIVINE-FEATURE.png

Clôturons ce billet avec The wicked and the divine de Jamie Mckelvie et Kieron Gillen, un vrai petit coup de coeur tant pour l'histoire que pour le graphisme très pop. Tous les 90 ans, 12 dieux se réincarnent, vivant sur la terre pendant deux ans avant de mourir et le cycle recommence à l'infini. Ils sont vus comme de belles pop / rock stars et profitent de l'adoration des masses ou alors comme une menace et certains rêvent de les détruire. La mythologie est à peine ébauché dans ce premier volume, j'ai donc hâte que le second sorte. L'univers est surtout bien redu par les dessins qui sont magnifiques! Je vous laisse avec un joli aperçu:

png_base64b72779fe2735f63a.png

23/04/2015

Ce n'est pas qu'un livre!

tumblr_l7m8gkiiwP1qckywfo1_400.jpg

En cette magnifique journée mondiale du livre, je vous propose un billet sur mes symptômes livresques: 

  • J'adore l'odeur des livres.
  • Prêter un livre est un signe de confiance
  • Je ne corne pas les pages et surtout n'écrit pas dans les marges
  • Je ne jete (Quoi?!) ni ne revends mes livres
  • Je ne sors pas sans un livre (même pour un cinéma ou un mariage)
  • Je me sens vraiment triste quand je finis un livre que j'ai adoré ou qu'un personnage meurt.
  • Le dilemme: lire ou dormir
  • Je ne voyage pas sans livres
  • Il m'arrive d'en vouloir à un personnage comme à une personne réelle ou encore à l'auteur (exemple: Louisa May Alcott!grrrr)
  • J'ai parfois du mal à passer à un autre livre
  • Je hais qu'on me parle lorsque je lis
  • Il m'arrive fréquemment de louper le bus/métro car je lis
  • Je manque d'espace pour ranger mes livres
  • Il m'arrive de refuser une sortie pour lire
  • Je ne peux pas me passer de lecture plus de deux jours
  • Il m'est déjà arriver de rire/pleurer en public en lisant
  • Je me suis cogné à un arbre car je lisais en marchant
  • Je note religieusement la sortie des livres sur mon calendrier
  • Je peux me relever dans la nuit pour un dernier chapitre
  • je ne comprend pas comment vivent les personnes qui ne lisent jamais
  • Je peux devenir vraiment passionnée lors de discussions sur un livre
  • Je HAIS les spoilers
  • Rentrer dans une librairie sans acheter est un vrai défi
  • J'aime connaitre le livre préféré des gens qui m'entourent
  • Je collectionne les marque pages

Vous l'avez compris, les livres sont un indispensable! 

20/04/2015

Alice au pays des zombies de Gena Showalter

61c15b70d1fd44eac4635c92b3da32e7.jpg

J'avoue que je suis un peu sceptique avec ce livre. J'ai adoré certains aspects et j'en ai détesté d'autres. J'ai aussi eu beaucoup de mal à rentrer dans le livre. Divertissant, tout à fait unique, très bien écrit et addictif une fois passé le petit blocage du début, ce roman apporte un regard neuf sur la mythologie autour des zombies, mais il est plus susceptible de plaire aux fans de romance paranormale qu'au lecteur d'horreur typique.

Il est probablement préférable de commencer en précisant que Alice au pays des Zombies a très peu à voir avec le magnifique classique de Lewis Carroll. Le roman n'est même pas vaguement basé autour du conte. Nous retrouvons juste une héroïne portant le même nom et le symbole du lapin blanc. Ce seul fait a été une déception, je m'attendais à avoir une version plus sombre, plus sinistre et tordu d'Alice au pays des merveilles. On pourrait soutenir que la connexion entre Alice au pays des Zombies et Alice au pays des merveilles est un plus métaphorique, et l'accident de voiture qui a coûté la vie des membres de la famille d'Ali et la jeta au milieu d'un monde infesté de zombies a été similaire à une Alice tombant dans le trou de lapin. Deux filles, deux mondes bizarres et effrayants. Mais là encore, nous pourrions probablement dire la même chose à propos de pratiquement tous les autres héroïnes d'une histoire paranormale YA. Sont-ils pas tous lancés dans des aventures folles à un moment ou un autre? Pour moi, la connexion était juste un peu trop faible et peu convaincante. 

Outre cette déception initiale, le scénario n'est pas mal du tout, le rythme est bon, l'intrigue a été très bien pensé et très sinueuse, et la fin m'a totalement bluffé.

Les zombies de Showalter ne sont pas les zombies sans cervelle habituels qui errent autour de la ville sans but dans l'espoir de tomber sur quelque chose (quelqu'un?) à mâcher. Ils sont des esprits, des âmes malveillantes que seul quelques personnes peuvent voir. Pour tuer un esprit, vous devez entrer dans le royaume de l'esprit, ce qui signifie la déconnexion de votre âme et votre corps.

J'ai aimé la plupart des personnages dynamiques et intéressants dans ce livre, à l'exception de Cole. Malheureusement, je ne suis pas une grand fan de sa personnalité enfantine et arrogante. Il a refusé d'expliquer quoi que ce soit à Ali, même si il est bien conscient du fait que son ignorance pourrait la mettre en danger. Il ne voulait pas d'une relation amoureuse avec elle (au moins au début), mais il ne pouvait pas supporter de voir son bonheur avec un autre garçon non plus. Il se montre possessif, colérique et mal élevé. J'espère vraiment qu'il va nous montrer une autre facette, plus positive de son personnage dans le prochain tome de la série.

Ali est un personnage très authentique et convaincante, et on a vraiment plaisir à suivre ses aventures. La première personne narrative offre un très bon aperçu de ses pensées et sentiments, et permet de comprendre les motivations de ses actions. Elle a l'esprit vif, et se montre courageuse, déterminée et audacieuse. La plupart du temps, elle s'adapte à de nouvelles situations avec une facilité surprenante.

La prose de Gena Showalter est simple, direct, honnête et dynamique. Parfois, elle peut être plus lyrique, sensuelle et rêveuse et d'autre Ses descriptions sont vives et précises ce qui enrichit le monde qu'elle a crée. 

Je peux honnêtement dire que j'ai apprécié ce livre - certaines parties plus que d'autres, mais dans l'ensemble je pense que c'est une excellente lecture, divertissante et captivante. 

25/03/2015

Le pays des contes de Chris Colfer

1izEI0.So.56.jpeg

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner... Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu'ils ont lues. Boucle d'or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon rouge n'a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n'ont qu'un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d'éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. A tout jamais.

Si vous êtes fan de Glee, vous devez connaitre Chris Colfer, sinon qu'attendez vous pour regarder cette série? 

Revenons à l'essentiel, le livre! Conner et Alex sont très attachants dés les premières pages.  Ils sont aussi assez comiques même dans les situations dangereuses. L'idée qu'une fin heureuse n'est pas forcément la fin mais le début d'autres aventures est une idée intéressante surtout si elle est appliquée aux contes de fées. On trouve beaucoup d'espoir entre ses pages qui se mélange avec de la bravoure, de la gentillesse et de l'acceptation de soi.

Colfer réussit le défi de reprendre des personnages connus comme Cendrillon, Boucle d'or ou encore Le petit chaperon rouge mais en leur apportant une petite touche d'originalité. Comment Cendrillon, fille pauvre a pu s'imposer à la tête de son royaume? Comment Blanche Neige parvient à construire sa vie alors qu'elle n'a connu que le rejet? Que faire si Le méchant loup veut se venger du petit chaperon rouge? Ce livre est rempli de rebondissements jusqu'au dernier chapitre. En plus, Colfer termine ses chapitres par des cliffhangers ce qui nous pousse à toujours continuer notre lecture. Difficile donc de poser le livre une fois commencé.

Les personnages sont complexes et nous poussent à nous interroger sur la tolérance, la perte d'êtres aimés et les chagrins d'amour. Comme tout bon conte de fée, le récit reste toutefois drôle et léger. L'aventure de Conner et Alex illustre aussi le pouvoir de compréhension et de compassion, même envers des personnes qui ont fait des choses terribles. Evitant le piège de "tout est blanc ou noir", le récit en devient plus intéressant et plus pertinent, reflet de réels conflits. 

Un premier roman prometteur d'un jeune talent imaginatif. Le second tome m'attend déjà.

Chris-Colfer-The-Land-of-Stories.jpg